Izapa

Archéologie maya > Top 10

Le site se trouve à 13 kilomètres de Tapachula, à quatre kilomètres de Tuxtla Chico et sept kilomètres de la frontière du Guatemala, à Talisman.

Description

Foyer de l’arbre de la vie représentant la symbolique du monde maya

Dans la région de Soconusco, au Chiapas, parmi les paysages naturels et chaleureux qui naissent dans le bassin, se multiplient dans la Sierra Madre et culminent dans la plaine côtière, il existe un bijou dissimulé près des plantations de café et de cacao. Un bijou qui n’est pas suffisamment apprécié : le site archéologique d’Izapa.

Fondée vers 1500 av. J.-C, Izapa fut le centre cérémoniel, politique et religieux le plus important de la côte du Pacifique durant presque mille ans. Son importance provenait autant de facteurs commerciaux que du fait que c’était le centre religieux de la région. D’un côté, son emplacement facilitait les migrations et le commerce du jade, du cacao et de l’obsidienne, mais ses vestiges n’abritent pas de structures spectaculaires ni de peintures célèbres, comme c’est le cas pour d’autres sites, car la cité perdit énormément d’importance pendant la période classique des Mayas.

+Voir tout le texte

Izapa, d’abord habitée par des gens d’origine mixe-zoque, commença à se développer vers 600 av. J.-C. et connut son apogée comme centre régional vers le Préclassique tardif, une apogée permise, dans une large mesure, grâce aux caractéristiques climatiques de sa situation, dépassant du sol fertile et de la haute humidité, ce qui rendit possible la création de système d’agriculture intensive et la concentration du surplus.

La situation et l’aménagement de son centre de cérémonie sont pleins de références astronomiques, à tel point que beaucoup d’archéologues soutiennent qu’Izapa joua un rôle clé dans la construction des calendriers mésoaméricains et, en particulier, du calendrier maya. Son orientation, suivant un axe légèrement dévié du nord géographique, et son alignement avec le volcan Tocana ont amené à la conclusion que les meilleures structures et pyramides pour l’observation astronomique ont été construites en fonction du coucher du soleil du solstice d’hiver dans l’hémisphère nord.

La vieille cité d’Izapa a été explorée par Matthew Stirling en 1935 ; par Philip Drucker, de l’Institut Smithsonian, en 1947 et 1948 ; et aussi par Eulalia Guzmán en 1935 et 1944.

Plusieurs stèles racontent certains mythes compilés dans le Popol Vuh.

La zone archéologique est très vaste, elle s’étend sur deux kilomètres et comprend des groupes principaux de monticules.

Aujourd’hui, seul l’Ensemble F peut être visité, au nord de la route de Talisman, la zone la plus restaurée qui regroupe la plupart des stèles et structures en pierre. Les Groupes A et B, au sud, sont accessibles par des chemins de terre, mais la zone est recouverte de végétation. La plupart des stèles se trouvent dans ces groupes A et B qui sont ceux qui correspondent à l’occupation préclassique du site.

Izapa comptait plus de 160 édifices, pyramides et plates-formes, dont la hauteur allait jusqu’à 22 mètres. Aujourd’hui, la plus grande pyramide est un monticule qui mesure environ 105 mètres carrés et 22 mètres de haut. Elle fait partie du groupe H du site.

Un autre monument important est le Monticule 30 A, une pyramide échelonnée située dans le groupe B, d’une hauteur de dix mètres environ, utilisée aussi à des fins religieuses et rituelles.

Le site comptait probablement deux jeux de pelote à l’air libre, mais la question de savoir s’ils étaient employés pour ce jeu ou à d’autres fins reste discutée.

Il y a aussi 252 monuments en pierre, la plupart étant sculptés, et 89 stèles gravées représentant des scènes religieuses.

D’ailleurs, la particularité d’Izapa ce sont ses sculptures, à tel point que l’on parle d’un style propre, d’une culture izapeña d’influence olmèque de la côte du golfe, mais aux caractéristiques spécifiques qui se sont étendues à d’autres régions de la côte du Chiapas et du Guatemala. La sculpture izapeña, fondamentalement religieuse à son origine, retranscrit des événements, mythiques et historiques, ainsi que des concepts religieux et cosmogoniques.

Le site compte de nombreux monuments. Les plus simples sont les sphères en pierre placées sur des colonnes, possibles représentations solaires. Puis, il y a les sculptures libres, comme le monolithe qui représente un énorme jaguar, la gueule ouverte, dévorant un homme.

Il y a environ 89 stèles, parmi lesquelles 38 présentent des surfaces taillées. Certains exemples sont magnifiques. Ainsi, la stèle 1 décrit une divinité de l’eau à la mâchoire proéminente et aux lèvres allongées --caractéristiques de Chaac, le dieu de la pluie dans l’art classique maya—capturant des poissons.

La stèle 2 illustre une scène de la légende maya sur l’origine du Popol Vuh, selon laquelle les héros jumeaux frappèrent un faux dieu-ara jusqu’à ce qu’il perde ses yeux parés de bijoux, son bec et ses dents. Affligé par cette perte, le dieu-ara mourut. Selon le Popol Vuh, Zipacna, le fils de Guacamayo Siete (Ara Sept), tua quatre cent membres de la famille des héros jumeaux qui, à leur tour, trompèrent le grand crocodile pour qu’il se glissât sous la montagne Meauan et qu’il se changeât en pierre.

La stèle la plus célèbre est la n°5 ou stèle de l’Arbre de la vie qui illustre un être suprême construisant l’Univers et la relation de celui-ci avec la terre, le feu et l’eau. Cette stèle est visible au Musée archéologique de Soconusco.

Tarifs

Entrée gratuite

Horaires

Du lundi au dimanche de 8h00 à 17h00

Comment y aller

Le temps de vol entre Tuxtla Gutiérrez, la capitale de l’état, et Tapachula est d’environ 40 minutes ; le trajet par la route dure en moyenne cinq heures et demie pour une distance de 420 kilomètres. De Tapachula, localité la plus proche d’Izapa, la distance est de treize kilomètres et le temps de trajet, de dix minutes.

Conseils

Equipement

Prévoyez des chaussures confortables, de préférence des tennis ; un pantalon long, de préférence en coton ; un tee-shirt à manches longues ; un bandana ou un chapeau. N’oubliez pas que vous serez dans la jungle, vous aurez donc besoin d’une lotion anti-moustique.

Climat

Avant d’arriver, renseignez-vous sur les conditions météo et choisissez le meilleur moment pour votre visite cliquez ici

Respect

N’oubliez pas l’importance de respecter et de maintenir propre et en bonnes conditions l’espace que vous visitez.

Plan

mapa